Gal Gadot écoutait Beyoncé avant son audition pour Wonder Woman

Gal Gadot est en couverture du magazine américain W pour le mois de Mai ! Elle a, à l’occasion, posé pour un photoshoot réalisé par Craig McDean (qui est plus que sublime soit dit en passant). Je vous ai traduit l’interview que vous pouvez trouver ci-dessous.

Studios Photoshoots > 2017 > Craig McDean [W]

Le 2 Juin, Gal Gadot, ancienne Miss Israël, deviendra la première femme à avoir le rôle principal d’un film de super-héro depuis plus de 10 ans, lorsqu’elle sera enfin à l’affiche de Wonder Woman. Tout comme son alter-ego de bande dessinée, Gadot est éblouissante et aussi grande qu’un gratte-ciel, avec une comportement gracieux et adorable. Même sans son lasso et son bouclier, elle a l’apparence de quelqu’un qui pourrait sauver le monde.

Le jour où nous nous sommes rencontrés, elle utilisait ses pouvoirs pour décorer un gâteau. (Qui aurait pensé que cette actrice avait la main pour le fondant ?) “J’ai envie de commencer par un gâteau bleu,” explique-t-elle, alors que nous entrons chez Duff’s CakeMix, à Los Angeles. Elle portrait un simple pantalon noir, un pull bleu marine et mocassins noirs classique Gucci.

Même si elle était à son sixième mois de grossesse (elle attendait son deuxième enfant), le ventre était presque indétectable. Gadot, qui est aussi délicieuses qu’une pâte à gâteau, n’avait pas de maquillage et ses cheveux noirs étaient attachés en queue de cheval. “Vous n’auriez pas pu inventer une meilleure Wonder Woman que Gal”, la réalisatrice du film, Patty Jenkins, nous a expliqué plus tard.

“Ça peut paraître bizarre, mais Gal est si propre – si pure – mais ce n’est pas parce qu’elle manque de sagesse ou d’information. Tout comme Wonder Woman, elle est magnifique, gentille, et forte. C’est un choix personnel de dire qu’elle est spirituellement propre. Gal comprend ce choix instinctivement.”

A CakeMix, les clients choisissent un gâteau rond parmi les options d’arc-en-ciel pré-glacés (mais fades), ils sont ensuite invités à y ajouter une quantité variée de décorations. Il y avait un choix égal de paquets de glaçage, de sacs pour saupoudrer de chaque couleur, et des fioles en verre de paillettes comestibles.  Il y avait aussi un assortiment impressionnant de lettres, de nombres, de jouets et toutes sortes de trucs. Je me sentais submergée mais bizarrement fascinée par les paillettes, mais Gadot était tout d’un coup concentrée: Elle a choisit un fondant blanc et violet, emporte-pièce en forme d’étoile, un glaçage violet pour accentuer, et un sac rempli de petites balles dorées. Alors que j’étais empêtrée dans la confusion, Gadot avait un plan simple et élégant.

“J’ai toujours été très organisée,” explique Gadot, alors que nous passons devant une table ou se trouvent des jeunes filles qui décorent des cupcakes. On s’assoie l’une en face de l’autre – nos gâteaux “vierges” face à nous, qui n’attendent que d’être personnalisés. (Le mien était aussi bleu – Je copiais Gal, et vous aussi, vous le feriez.)

Gadot a commencé à étaler le fondant sur la table. “En grandissant en Israël,” elle dit, “Je ne savais pas grand chose sur Wonder Woman. Mais elle est comme ­Superman — très connue.” Pour ceux qui ne sont pas aficionados de bande dessinée : Wonder Woman, alias Diana Prince, a été construite à base d’argile  et ensuite Zeus lui a donné la vie. Dans le film, se déroulant lors de la Première Guerre mondiale, elle se joint aux forces alliées, pensant que c’est son devoir de se battre pour l’amour et la justice. Contrairement à Batman, Wonder Woman n’est pas consumée par une colère existentielle. Elle est une guerrière, qui pense que grâce à ses bracelets magiques défiant les balles ainsi que de son lasso, la bonté triomphera du mal.

Ce rôle a été difficile à obtenir. La première apparition de Gadot en tant que Wonder Woman s’est faite dans Batman v Superman: l’aube de la justice l’an dernier. Elle était ce qu’il y a eu de mieux dans ce film super-héro extravagant, sans saveur et boursouflé. Gadot, âgée de 32 ans, n’avait pas dans l’intention de devenir cette légende de bande dessinée – ou même de devenir actrice d’ailleurs. Après avoir été couronnée Miss Israël en 2004, un directeur de casting lui a demandé d’auditionner pour le rôle d’une Bond Girl dans Quantum of Solace.

“J’ai dis, ‘Hors de question,'” se rappelle Gadot, alors qu’elle place des étoiles autour de son gâteau. “J’ai dit, ‘J’étudie le droit et les relations internationales. Je suis bien trop sérieuse et intelligente pour devenir une actrice, et en plus, le script était complètement en anglais.’ Je parlais anglais, mais je n’étais pas confortable avec la langue.”

Au final, elle s’est faite à l’idée, et même si elle n’est pas devenue la dernière poupée de 007 (l’actrice ukrainienne Olga Kurylenko a eu le rôle), Gadot a fini par rejoindre le casting de Fast & Furious, une franchise à très gros succès parlant de conducteurs en compétitions risques-tout.

“Lorsque j’ai auditionné pour Batman v Superman, je ne savais pas que c’était pour Wonder Woman,” continue Gadot. “Le réalisateur, Zack Snyder, m’a demandé de faire un test caméra. C’était une torture. Ils ont vu six ou sept filles, et nous étions toutes dans des caravanes séparées, on nous a dit de rester à l’intérieur jusqu’à ce que l’on soit appelées. L’attente est mon ennemie numéro un, et j’étais en train de perdre la tête. Donc, j’ai décidé d’écouter Beyoncé.” Gadot sourit. “Who runs the world? Girls! J’ai commencé à danser, et mon anxiété est partie. Merci, Beyoncé!”

Lorsque Gadot a été choisie pour le rôle, il y a eu cette réponse venant de l’univers d’internet. ” ‘Mes seins étaient trop petits’,” Gadot m’a dit. “Oui – c’était le plus gros problème,” ajoute-t-elle en rigolant. “Internet n’a jamais vraiment fait attention au côté important de Wonder Woman.”

Ce que le Web n’a pas eu l’air de remarquer, dans ce monde de plus en plus divisé, c’est qu’une héroïne comme Wonder Woman pourrait être ce en quoi le monde a besoin. C’est exactement ce que Paty Jenkins pense. “Trump ou pas Trump,” a-t-elle dit, “Wonder Woman incarne la beauté, la vérité, l’amour, et la bonté. Elle comprend que trouver la vérité est compliqué, mais elle sera toujours bienveillante. Il y a quelque chose de très rassurant là-dedans, surtout maintenant.”

Jenkins et Gadot se sont beaucoup rapprochées : Leurs maris sont amis, et Alma, la fille de Gal Gadot, âgée de 5 ans, passe du temps avec le fils de Jenkins. Même si elle a une maison en Israël, où vivent ses parents, Gadot et son mari, Yaron Versano, un promoteur immobilier, ont récemment acheté une maison à Los Angeles, et ont inscrit Alma à l’école. “Je vais avoir un bébé ici,” a fait remarquer Gadot, alors qu’elle arrange les balles dorées en triangle au dessus du gâteau (sa fille Maya est née fin Mars). Elle a dit qu’elle prévoit d’emmener son nouveau-né avec elle en tournée promotionnelle pour Wonder Woman. “J’ai appris que j’étais enceinte pendant le tournage de Justice League. J’avais d’horribles migraines. J’arrivais sur le plateau avec des lunettes de soleil, et ils pensaient que je me comportais façon Hollywood, mais j’étais juste enceinte.” Gadot s’arrête pour regarder son gâteau. “Est-ce que je dois y ajouter quelque-chose ?”, se demande-t-elle à voix haute. Contrairement à ma création, qui se trouve être un assemblage varié de fondants en fleurs et de perles comestibles (Je n’y suis jamais arrivée avec les paillettes), celui de Gadot était parfait. “C’est un gâteau de super-héro,” elle ajoute avec joie. “Wonder Woman serait fière.”


Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *