Les 25 femmes qui changent le monde, selon PEOPLE

PEOPLE : Officieusement, 2017 est l’année de Wonder Woman.

Le film consacré à la super-héroïne, avec Gal Gadot et réalisé par Patty Jenkins a pris le box-office par les cornes cet été, en arrivant à la première place lors de son week-end de sortie en Juin dernier, et en étant devenu le film d’action réalisé par une femme ayant rapporté le plus d’argent. Wonder Woman 2 a déjà une date de sortie prévue pour décembre 2019.

“J’ai encore besoin de temps pour tout emmagasiner, parce que tout cela a été incroyablement merveilleux”. L’actrice israélienne débute l’édition de PEOPLE honorant 25 femmes qui changent le monde, et elle est rejoint par 5 autres vraies “Wonder Woman” : Kelly Lynch (infirmière urgentiste), Major Khadijah M. Nashagh (pilote pour les marines), Lovie Jung (pompier en Californie du Sud), Dr. Liza Kearl (pédiatre) et Capitaine Staci Rouse (Air Force).

“Les vraies héroïnes, ce sont ces femmes,” dit Gadot, qui s’ajoute à la liste où nous pouvons trouver les stars Pink, Uzo Aduba, Jessica Chastain et America Ferrera, ainsi que l’épidémiologiste Dr. Celine Gounder, la fondatrice de Whole Child International Karen Spencer, la primatologue et anthropologiste Jane Goodall.

En tant qu’ancien soldat israélien (le pays demande à tous ses citoyens de s’engager dés leurs 18 ans), Gal Gadot a eu une appréciation particulière pour les femmes qui servent leurs pays aujourd’hui. “Le fait de mettre sa vie entre parenthèse et de rendre service à son pays est quelque chose à la fois de très important mais aussi d’unique,” admet-elle. “Il y a quelque chose de magnifique dans cet altruisme.”

L’ancienne Miss Israël poursuit : “J’ai servi pendant deux ans, mais dans un monde idéal, j’aimerai que tous les pays n’aient pas besoin d’une armée pour que l’on ait pas à se battre. Nous ne sommes pas dans ce cas-là – nous n’avons toujours pas de monde idéal. Il y a encore beaucoup de chemin à faire.”

Alors que le succès de Wonder Woman a permi de faire un grand pas dans la bonne direction pour permettre aux femmes d’avoir plus de pouvoir, Gal Gadot aimerait que le film puisse influencer positivement les pensées des hommes.

“C’est merveilleux que les filles soient exposées à la possibilité de voir des femmes fortes qui se battent d’une si belle manière, tout en ayant cette fabuleuse sororité, des personnes qui tiennent l’une à l’autre, mais qui peuvent aussi tenir une épée et faire du cheval,” nous explique-t-elle, elle qui est mère de deux enfants. “Mais vous ne pouvez pas seulement donner du pouvoir aux femmes. Il faut aussi éduquer les hommes. Ce film est destiné à tout le monde. Les garçons doivent aller au cinéma et être témoins que les femmes peuvent être fabuleuses, bagarreuses, fortes et inspirantes, et pas seulement moi [Wonder Woman].

Gal Gadot, qui a deux enfants, a aussi un message pour les personnes n’ayant pas de genre.

“Ce serait fantastique si les gens ne se jugeait pas les uns les autres, mais plutôt qu’ils puissent se mettre à la place des autres,” dit-elle. “Les gens ont de fortes opinions, qui se développent très vite, et cela se base souvent sur des faits inexacts.”


Gal Power : Gal Gadot en interview pour Glamour UK

Comme précédemment annoncé, Gal fait la couverture du magazine Glamour UK pour le mois de Décembre. Le magazine est dorénavant disponible à l’achat, j’ai donc ajouté les scans dans la galerie, et voici l’interview traduite par mes soins.

Gal Gadot a battu tous les records au box-office cet été, après avoir presque voulu abandonner le cinéma. On est ravie qu’elle ne l’ait pas fait.

Gal Gadot et moi apprenons à nous connaître en parlant de ce qui arrive forcément lorsque vous avez des enfants en bas âge: le manque de sommeil. “Ma fille n’a pas dormi non plus entre 1h et 2h30 du matin,” dit-elle en toute sympathie, alors qu’elle me téléphone de chez elle à Tel Aviv (Israël). “Elle fait ses dents.” Sa voix est tout aussi captivante en personne que lorsqu’on l’entend à l’écran, en Diana Price, alias Wonder Woman. “Au moins, ils sont beaux, on ne peut pas s’énerver la-dessus,” rigole-t-elle.  Cela tombe bien que nous discutions de sa fille, Maya, puisqu’elle était enceinte de cette-dernière, qui a maintenant sept mois, alors qu’elle tournait Justice League (ainsi que les reshoots de Wonder Woman, ayant eu lieu après la fin de tournage de Justice League, et qui ont obligé Gal à avoir un ventre à fond vert sur son costume pour qu’il soit photoshoppé en post-production). Pour Justice League, elle n’en était qu’au début de sa grossesse. “C’était un challenge, entre les nausées matinales et les migraines,” dit-elle. “Mais vous vous adaptez. Vous vous habituez à vous sentir comme une m**** et pourtant vous devez assurer le spectacle.”
Lire la suite


Gal Gadot en couverture de Glamour UK

Gal fait la couverture du magazine britannique Glamour pour l’édition du mois de Décembre ! Elle leur a accordé une interview, où elle a expliqué pourquoi elle a failli quitter le monde du cinéma, avant de décrocher le rôle de Wonder Woman ! Retrouvez deux extraits de l’interview et les photos du shoot dans la galerie !

“Avant de décrocher le rôle de Wonder Woman, j’avais pensé à ne jamais remettre les pieds à Los Angeles, je pensais demeurer en Israël, y travailler en tant qu’actrice – ici et là – retourner à l’université et faire autre chose. On m’a souvent dit ‘non’. Vous allez au casting, vous avez un rappel, et puis encore un autre, ensuite un test devant la caméra, et des personnes vous expliquent que votre vie va changer si vous obtenez le rôle. Après, vous ne l’avez pas. J’en suis arrivée à un point ou je ne voulais plus le faire. Mon mari a beaucoup de travail à Tel Aviv, et on a une fille, alors les emmener à Los Angeles pour chercher du boulot, c’était beaucoup de pression pour moi. Je me suis demandée ‘Pourquoi est-ce que je fais tout ça ?’ S’entendre dire non, encore et toujours, je me suis dit, ‘En quoi je pourrais exceller ?’ Et c’est à ce moment-là que j’ai décroché Wonder Woman.”

“Vous vous convainquez de faire ces choses… ‘Je serai avocate, pour pouvoir apporter la paix et pour que les gens puissent arriver à trouver un accord.’ Alors que dans la vraie vie, les avocats doivent subir des conflits sans arrêt. Le conflit, ce n’est pas pour moi. Je ne suis qu’harmonie et zen attitude. Donc, je suis heureuse que ça n’ait pas fonctionné. J’aurai été la pire des avocates.”

Magazine Scans > 2017 > Glamour UK – Décembre
Studios Photoshoots > 2017 > Matthias Vriens-McGrath [Glamour UK]


Scans de Glamour Mexico et The Hollywood Reporter

J’ai ajouté dans la galerie des scans de Gal Gadot dans les magazines Glamour (Mexique) et The Hollywood Reporter (Etats-Unis). On y retrouve dans chaque édition une interview de Gal pour Wonder Woman. Chacune de ces interviews ont été traduites ici et ici.


Magazine Scans > 2017 > Glamour Mexico – Juin
Magazines Scans > 2017 > The Hollywood Reporter – 31 Mai
Studios Photoshoots > 2017 > Brian Bowen Smith [Warner Bros.]
Studios Photoshoots > 2017 > Brian Bowen Smith [Warner Bros.]
Studios Photoshoots > 2017 > Miller Mobley [The Hollywood Reporter]


La complexité de l’égalité des sexes dans Wonder Woman

Début Mai, Patty Jenkins et Gal Gadot ont été interviewé par le Hollywood Reporter, en vue de la sortie de Wonder Woman sur grand écran. Retrouvez les photos de la session photos ainsi que les passages de Gal de l’interview traduits.

“C’est un challenge — de savoir comment raconter l’histoire d’une femme tout en la rendant universelle,” nous raconte Gal Gadot, l’actrice israélienne de 32 ans qui interprète la princesse amazonienne possédant des bracelets défiants les balles.”On a l’habitude de voir des protagonistes masculins dans des films réalisés par des hommes. Mais la façon dont Patty s’est imprégné de Wonder Woman permet au personnage d’être compris par tout le monde. Un garçon, une fille, un homme, une femme – tout le monde peut s’identifier à elle.”

[…] Conernant le poste de réalisatrice du film. Selon Gal Gadot, Patty Jenkins aurait eu le job même si elle avait été un homme. “Pour certaines personnes, l’unique raison pour laquelle elle aurait eu le job, c’est parce qu’elle est une femme,” dit-elle. “En réalité, ils l’ont engagé parce qu’elle était la personne adéquate pour faire un film qui partageait la même vision que celle du studio.”

[…] “Encore heureux que Patty n’est pas fait de Wonder Woman une casse-couille,” explique Gal Gadot, qui a été dans les forces armée israéliennes et s’est ensuite reconvertie dans le mannequinat et le cinéma (avant Wonder Woman, elle a participé à quatre des films de la saga Fast & Furious). “Wonder Woman peut être très charmante, chaleureuse, elle peut avoir beaucoup de compassion et d’amour pour le monde. Elle peut être douce et naïve. En même temps, elle est aussi cette mi-déesse qui peut te casser la gueule et déchirer, être intelligente et confiante. Au final, on peut s’identifier à elle.”

[…] Sur le plateau de tournage, Jenkins peut être un boss assez exigeant, à la fois physiquement et psychologiquement. “Le tournage était très intensif, six jours par semaine pendant six mois,” se souvient Gadot. “Mais ce qui tenait le plus à cœur à Patty, c’était tout le côté émotion du combat parce qu’on s’entraînait et on faisait la chorégraphie, et on peut les maîtriser techniquement, mais si l’émotion nécessaire n’y est pas, alors Patty dirait : ‘Ce ne sera pas aussi bien à l’écran. On en refait une.’ “


Page 3 of 712345...Last »